*RICHARD KREMER

Plateforme pour l’enrichissement des cellules tumorales circulantes (CTC) pour la caractérisation et la sensibilité aux médicaments anticancéreux

Défi: Une grande difficulté dans le traitement du cancer est d’arrêter la prolifération des cellules cancéreuses avant la formation de métastases dans d’autres tissus, car à ce stade la maladie peut devenir résistante aux interventions thérapeutiques. Pendant la progression du cancer, les cellules tumorales circulantes (CTC) se détachent de la tumeur primaire ou de ses foyers métastatiques; leur nombre est étroitement lié à la progression de la maladie. Toutefois, les CTC sont hétérogènes et seul un très petit nombre circule dans le sang, il est donc difficile de les isoler et de les étudier en utilisant les méthodes d’analyse de sang standard.

Solution : Pour surmonter cette difficulté, l’équipe a utilisé une méthode appelée aphérèse pour isoler, caractériser et élargir les sous-populations de CTC provenant du sang de patients atteints d’un cancer du sein triple négatif. À l’aide de la sélection négative (élimination des cellules normales porteuses d’une gamme de marqueurs de surface), les chercheurs ont isolé et mis en culture des CTC en assez grand nombre pour les caractériser, les conserver pour un usage ultérieur et les utiliser pour des essais de sensibilité aux médicaments. Cette méthodologie représente une amélioration de plusieurs ordres de grandeur par rapport aux méthodologies d’isolation actuelles. L’équipe a aussi utilisé l’analyse de l’ARN de cellules uniques pour caractériser plus en profondeur l’hétérogénéité de la population de CTC.

Réalisations/impact : L’équipe a développé une plateforme technologique fiable pour isoler, caractériser et tester in vitro de grandes quantités de CTC provenant de patients atteints de cancer. Puisque ces cellules tumorales peuvent maintenant être mises en culture in vitro, leur sensibilité ou leur résistance aux agents chimiothérapeutiques comme le tamoxifène, Herceptin (trastuzumab), Taxol (paclitaxel) ou la doxorubicine peuvent être évalués. L’équipe a vraiment démontré la bonne corrélation entre la sensibilité des CTC isolées de patients précis atteints d’un cancer du sein traités par ces agents chimiothérapeutiques et la réponse des patients. La plateforme développée dans le cadre de ce projet ne se limite pas au cancer du sein, car elle pourrait facilement s’appliquer à d’autres types de cancers, dont ceux de la prostate et des poumons ainsi que les mélanomes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Investigateur principal:


Richard Kremer
Centre de santé de
l’université McGill

Co-investigateur

Catalin Mihalcioiu
Centre de santé de
l’université McGill

Projet complété
299 392 $/ 2 ans
Soutenu par CQDM par l’entremise de :
• AstraZeneca
• Boehringer Ingelheim
• GSK
• Lilly
• Merck
• Pfizer
• BL-NCE
• MEI