*PATRICK VERMETTE

Développement d’une nouvelle matrice pour la culture d’îlots pancréatiques et sa validation dans un pancréas bioartificiel

Défi : La greffe d’îlots est un traitement efficace pour inverser le diabète de type 1. Toutefois, le fonctionnement à long terme du greffon n’est pas assuré et l’auto-immunité demeure un problème. Le pancréas bioartificiel à l’intérieur duquel des îlots sont encapsulés représente une option de rechange intéressante. Toutefois, l’environnement des îlots à l’intérieur d’un tel pancréas a encore besoin d’être amélioré afin de mieux préserver la survie et la fonction des îlots. Pour développer une stratégie d’ingénierie tissulaire appropriée pour remplacer les îlots non fonctionnels chez les patients atteints de diabète de type 1, il est essentiel d’optimiser cet environnement.

Solution : L’équipe a développé deux démarches complémentaires. La première a été conçue pour évaluer la viabilité et la fonctionnalité de cellules pancréatiques sur des surfaces modifiées composées de peptides et de molécules de la matrice extracellulaire (MEC). Dans cet essai, des structures d’acide hyaluronique modifiés ont eu un effet positif sur la viabilité, le nombre de cellules et le contenu en insuline des cellules bêta pancréatiques et des îlots primaires. En parallèle, un environnement tridimensionnel qui pourrait maintenir la viabilité et la fonctionnalité des tissus pancréatiques (un pancréas artificiel) a été étudié.

Réalisations/Retombées : L’équipe a développé un pancréas artificiel (billes d’alginate miniaturisées utilisées comme matrice d’enrobage) qui a été greffé chez des rats sous forme de pochettes (10 billes chacune et 4 pochettes par animal). Ce pancréas artificiel a été validé par l’évaluation des effets de l’acide hyaluronique et du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire sur la viabilité, la présence et la fonction de l’insuline après la greffe. Dans ces conditions, l’acide hyaluronique a triplé la présence de billes renfermant de l’insuline, alors que l’ajout du facteur de croissance de l’endothélium vasculaire a augmenté de façon marquée l’activité à l’intérieur et autour des billes, mais n’a pas modifié la quantité de billes produisant de l’insuline. L’industrie peut maintenant utiliser cette plateforme pour cribler les médicaments candidats par une évaluation à haut débit afin d’identifier les candidats convenant à un développement plus poussé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chercheurs principaux :


Patrick Vermette
Université de Sherbrooke

Séverine Sigrist
Centre européen d’étude du diabète en France (CeeD)

Co-chercheur :

Richard Bou Aoun
Defymed, France

Projet complété
1 093 900 $/3 ans
Soutenu par CQDM par l’entremise de :
• AstraZeneca
• Merck
• Pfizer
• MEI
• BL-NCEEt des partenaires de cofinancement :
• Alsace BioValley
• Defymed