*MICHAEL THOMPSON

Nouveaux procédés imitant la technique de séchage par atomisation pour la préparation de vaccins thermiquement stables

Défi : L’entreposage et la distribution de vaccins à l’échelle mondiale représentent des défis complexes pour les entreprises pharmaceutiques, due à l’instabilité des vaccins à température ambiante. Le séchage par atomisation est une technologie de traitement industrielle répandue pour stabiliser de nombreux produits sous forme de poudre sèche. Des études ont démontré le potentiel du séchage par atomisation dans la préparation pour assurer la stabilité thermique des vaccins, éliminant ainsi la nécessité de la chaîne du froid. Cependant, aucun produit vaccinal, soumis à un séchage par atomisation n’a été commercialisé à ce jour. Ce fait s’explique surtout par le temps et le coût élevé associé à l’élaboration d’une formule optimale de séchage par atomisation pour les vaccins.

Solution : Dans le but d’accélérer la mise au point de vaccins thermiquement stables sous forme de poudre sèche, l’équipe de recherche a développé deux plateformes de criblage, l’analyse par microplaque et par gouttelette unique, afin de reproduire les attributs de la technique de séchage par atomisation, minimisant simultanément la consommation coûteuse de l’ingrédient biologique actif. Ces plateformes ont été évaluée en testant l’aptitude de plusieurs matrices glucidiques comme excipients pour l’encapsulation de vaccins viraux thermosensibles sous forme de poudres sèches.

Réalisations/Impact : À l’aide de ces deux plateformes, l’équipe a étudié l’encapsulation de trois vecteurs viraux pour les convertir en poudres thermiquement stables. Un vecteur adénoviral humain (AdHu5) ainsi qu’un virus de stomatite vésiculeuse (VSV) ont principalement fait l’objet de cette étude. D’autres vecteurs viraux ont également été mis à l’essai à un plus faible degré. Les deux vecteurs viraux ont été conçu avec une protéine fluorescente verte (GFP) afin de pouvoir tester leur activité virale in vitro. Les deux plateformes ont été systématiquement comparées à la méthode de séchage par atomisation, en utilisant des conditions comparables. De nombreux excipients ont été criblés afin d’encapsuler ces vecteurs viraux. Les données découlant de cette étude ont montré que ni l’un ni l’autre des procédés ne reproduisait l’activité virale complète du séchage par atomisation, mais les deux techniques étaient cependant en mesure de prédire les excipients qui sont les plus favorables à la stabilité thermique des vecteurs viraux. L’analyse par gouttelette unique, la plus aisément applicable et commercialisable, a été recommandée à des fins de recherche future et de mise en œuvre dans un laboratoire d’entreprise, les activités virales ressemblant davantage au séchage par atomisation.

De façon générale, l’analyse par gouttelette unique est considérée comme une méthode de criblage viable. Les procédés décrits ici représentent des voies très prometteuses pour la mise au point de vaccins séchés thermiquement stables.

Investigateur principal :


Michael Thompson
Université McMaster

Co-investigateurs

Emily Cranston
Université McMaster

Zhou Xing
Université McMaster

Projet complété
300 000 $ / 2 ans
Soutenu par CQDM par l’entremise de :
• Merck
• Pfizer
• Boehringer Ingelheim
• GSK
• Janssen
• Novartis
• Sanofi
• RCE-E
Et du partenaire de cofinancement :
• OCE