OZZY MERMUT

Module démonstrateur d’imagerie par temps de vie de fluorescence multiplexé pour systèmes de dépistage de haut contenu d’information pour les études d’interactions protéines-protéines dans les cellules

 

Concours : Programme Québec / Ontario 2012
Financement : 2 903 000 $ / 3 ans 350 k$ du CQDM, 125 k$ de l’OCE, 238 k$ de l’INO, 2 M$ du Sunnybrook Research Institute (SRI) par le biais d’une subvention de la FCI et 190 k$ en nature de McMaster University et du SRI
Début : Septembre 2014

Tôt dans le processus de découverte de médicaments, l’utilisation de tests de dépistage permet de repérer rapidement les produits-candidats qui auront un effet sur une pathologie-cible. Récemment, ce dépistage a commencé à être mis en oeuvre dans des cellules vivantes (HCS: Dépistage de haut contenu). L’HCS suscite beaucoup d’intérêt car de nombreuses molécules candidates ne peuvent avoir qu’un effet dans l’environnement cellulaire. Il y a cependant des limites aux dispositifs actuels, notamment dans le contexte de l’étude des interactions protéine-protéine, une classe de phénomènes biochimiques in cellulo qui sont très pertinents pour le développement de médicaments anticancéreux. Nous avons développé une méthode pour identifier les molécules candidates interférant avec les interactions protéine-protéine en utilisant un microscope automatisé prenant des images de protéines fluorescentes in cellulo. Notre méthode permet la la génération de courbes de liaison protéine-protéine liées à l’efficacité des molécules à l’essai. En raison du nombre important de molécules qui doivent normalement être testés, une telle approche de dépistage doit être très rapide en plus d’être précise. Les systèmes HCS commerciaux actuels ne peuvent atteindre ce requis. Par exemple un dépistage secondaire de 6 composés récemment complété a pris un mois juste pour l’acquisition des données. Notre projet propose de développer un nouveau prototype modulaire de microscopie par temps de vie de fluorescence adaptable à la plupart des systèmes HCS commerciaux qui permettra la génération des courbes de liaison en quelques minutes et sera utilisé pour étudier trois classes d’interactions protéineprotéine pertinentes pour la recherche de médicaments anticancéreux.

Ozzy Mermut

Institut National d’Optique

David W. Andrew

Sunnybrook Research Institute

Co-Investigateurs

Pascal Gallant INO

Qiyin Fang McMaster University

Mentors

Regis Doyonnas Senior Principal Scientist, Pfizer Worldwide R&D

Bonnie Howell Senior Scientific Director, Merck Research Laboratories