ÉRIC MARSAULT

Inhibiteurs de l’ATP synthase bactérienne – Une nouvelle approche vers des antibiotiques ciblant des infections bactériennes à Gram positif et négatif difficiles à traiter

Défi : Malgré la disponibilité et la diversité des antibiotiques, les infections bactériennes sont une menace majeure et croissante pour la santé. La résistance aux antibiotiques est l’une des principales causes d’infections nosocomiales mortelles sur la planète. En 2017, l’Organisation mondiale de la santé a publié une liste des bactéries constituant une réelle menace pour la santé humaine et contre lesquelles il devient urgent de développer de nouveaux antibiotiques. Parmi celles-ci figurent, entre autres, Staphylococcus aureus (SA), sa forme persistante Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), et Pseudomonas aeruginosa (PA), dont les effets néfastes touchent les patients atteints de fibrose kystique, ou souffrant de plaies et d’infections chroniques contractées à la suite d’une intervention orthopédique. De nouvelles classes de médicaments capables d’échapper aux mécanismes de résistance des bactéries sont donc nécessaires.

Solution : L’équipe a récemment démontré que la tomatidine, un alcaloïde stéroïdien extrait de la tomate, possède une puissante activité antibactérienne contre la forme persistante de SA. En effet, la tomatidine inhibe l’ATP synthase, une enzyme bactérienne qui constitue une cible thérapeutique validée. L’équipe optimise actuellement des inhibiteurs d’ATP synthase en combinant des techniques de chimie médicinale, de microbiologie et des outils avancés de modélisation structurelle et moléculaire. L’activité antibiotique ainsi que le profil pharmacocinétique et pharmacologique des inhibiteurs feront l’objet d’une étude in vitro. De plus, l’équipe établira une preuve de concept à l’aide de modèles animaux dans le cadre de trois importantes indications : les co-infections SARM-PA en contexte de fibrose kystique, les infections à Gram positif et négatif difficiles à traiter et les septicémies, ainsi que les infections orthopédiques associées aux biofilms bactériens.

Réalisations/Retombées : Il y a un besoin pressant pour le développement de nouveaux antibiotiques capables de combattre les pathogènes antibiorésistants, qui représentent une menace majeure pour la santé humaine. Ce projet vise à exploiter le potentiel de l’ATP synthase bactérienne en tant que cible thérapeutique, pour combattre les infections bactériennes difficiles à traiter. Il permettra d’accélérer les étapes clés de développement et d’optimisation de composés principaux et de fournir des données essentielles pour l’identification d’un médicament candidat. Une fois complété, ce projet donnera à AmorChem Thérapeutique les moyens de réaliser son objectif à long terme, soit d’apporter une valeur commerciale aux nouvelles technologies développées.

Chercheurs principaux :


Éric Marsault
François Malouin
Université Sherbrooke

Co-chercheur

Martin Audet
Université de Sherbrooke

 

Projet en cours
1 271 333 $ / 2 ans
 

Soutenu par CQDM par l’entremise de :
• MEI

Et par des partenaires de financement : 

• AmorChem Thérapeutique
• Fibrose kystique Canada
• Mitacs