RICHARD HOGE

IRM O2 quantitatif: une nouvelle fenêtre sur les anomalies mitochondriales liées à la maladie d’Alzheimer

 

Concours : Programme FOCUS 2012
Financement : 1 500 000 $ / 3 ans
Début : Septembre 2012

L’équipe du Dr Hoge a développé une nouvelle méthode à base d’IRM (QUO2 IRM) pour l’imagerie non-invasive du métabolisme oxydatif dans le cerveau humain. L’objectif de ce projet est donc d’optimiser la méthode chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer pour caractériser la dysfonction mitochondriale supposée être un facteur contribuant à l’apparition de la maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer est une condition neurodégénérative progressive et débilitante qui survient à l’âge mûr ou avancé. Le poids social et économique de cette maladie est lourd, car près de la moitié des patients nécessitent des soins soutenus et de longue durée. En 2006, la maladie d’Alzheimer touchait 26,6 millions de personnes mondialement et certains estiment que son incidence devrait quadrupler d’ici 2050, touchant ainsi 1 personne sur 85. La prévalence et la gravité de cette maladie en font un enjeu de santé publique majeur et une cible importante en matière de développement de médicament. Il existe actuellement peu de traitements et ceux-ci procurent, au mieux, une amélioration modeste et transitoire de certains symptômes. De nombreux indices laissent soupçonner qu’une anomalie mitochondriale est un facteur déterminant de la maladie d’Alzheimer.

Or, l’examen approfondi des anomalies mitochondriales est quelque peu limité par l’absence d’une méthode robuste et non invasive pour exécuter une caractérisation quantitative de la fonction oxydative du cerveau humain. La tomographie par émission de positons permet d’évaluer le métabolisme oxydatif. Or, cet appareil encombrant exige une triple administration de marqueurs 15O, chacune suivie d’une séance d’imagerie et de multiples échantillons de sang artériel afin de déterminer la réactivité sanguine. Ce procédé est ardu pour les patients et comporte son lot de risques, notamment l’exposition à la radiation et le cathétérisme artériel. Pour surmonter ces défis, le Dr Hoge et son équipe pluridisciplinaire ont élaboré une technologie d’imagerie par résonance magnétique (IR M) permettant d’évaluer rapidement et de manière non invasive le métabolisme oxydatif du cerveau humain. Leur approche, nommée IR M QUO 2 (QUantitative O2), évalue la consommation d’oxygène pendant et après son administration. Elle offre une résolution spatiale et une sensibilité supérieures, et ce, sans nécessiter l’exposition aux radiations de la tomographie. Par conséquent, cette technologie permet de soumettre les patients à un examen répété et se prête bien aux essais cliniques d’envergure, y compris les études longitudinales.

Impact sur le processus de découverte du médicament

  • Important potentiel d’identification de nouveaux mécanismes d’action de médicaments pour traiter la maladie d’Alzheimer.
  • Amélioration du processus de sélection des patients par rapport à un traitement donné utilisé dans un essai Clinique.
  • Nouveaux résultats thérapeutiques permettant d’évaluer l’efficacité d’un médicament faisant l’objet d’un essai Clinique.
  • Orientation des interventions thérapeutiques personnalisées auprès des patients en fonction de leurs caractéristiques vasculaires et mitochondriales.

Richard Hoge

Institut universitaire de gériatrie de Montréal

Co-Investigateurs

Pierre Bellec, Sylvie Belleville, Oury Monchi, Yan Deschaintre et Julien Doyon
Institut universitaire de gériatrie

Christian Bocti
Université de Sherbrooke

Serge Gauthier
Université McGill

Douglas Arnold
NeuroRx

Mentors

James A. Goodman
Director, Clinical Research,
Pfizer WRD

Michael Klimas
Executive Director, Translational Biomarkers,
Merck

Yvonne Will
Senior Director, Head of Science and Technology Strategy,
Pfizer WRD