*HENRY KRAUSE

Plateformes de criblage à haut débit utilisant des poissons-zèbres pour permettre la découverte de médicaments ciblant des récepteurs nucléaires et l’élucidation de nouvelles voies de signalisation

Défi : En raison de leurs propriétés exclusives permettant de directement interagir avec l’ADN génomique et contrôler l’expression des gènes, les récepteurs nucléaires (RNs) jouent un rôle prépondérant tant dans le développement de l’embryon que dans l’homéostasie chez l’adulte de même que dans de nombreuses maladies. Malgré un total de 48 RNs humains et 6 cofacteurs régulant les mécanismes épigénétiques identifiés, il n’existe encore aucune plateforme de criblage permettant de couvrir l’ensemble de cette famille de récepteurs. Par conséquent, bien qu’ils représentent une classe biologique cible d’importance, ils ne sont pas encore entièrement exploités dans le traitement des maladies.

Solution : Forte des résultats positifs du premier projet, l’équipe a continué la caractérisation de sa plateforme de poissons-zèbres pour étudier les récepteurs nucléaires humains et les cofacteurs régulant les mécanismes épigénétiques, livrant une plateforme de criblage à haut débit précise et très rentable pour découvrir des médicaments ciblant les RNs. Les embryons de ces poissons sont prélevés par milliers et rapidement criblés par un nombre équivalant de candidats thérapeutiques. Les tissus du poisson prennent une couleur fluorescente verte lorsqu’ils réagissent aux composés actifs, permettant ainsi la co-purfication et l’identification directe de ces derniers.

Réalisations/Retombées : L’équipe a développé 46 lignées de poissons-zèbres transgéniques, dont 40 lignées qui ont montré des réponses claires suite à la liaison du ligand. Parmi celles-ci, 32 lignées activant les RNs ont montré des réponses GFP (protéine verte fluorescente), alors que 4 lignées de répresseurs ont été validées. Les chercheurs ont été en mesure d’identifier plusieurs ligands des récepteurs endogènes. L’équipe a aussi criblé 8 lignées de poissons-zèbres avec des banques de petites molécules et a identifié 100 « hits » environ. Des modèles de poissons ou de souris développant de l’obésité, du diabète et du gras au niveau du foie ont aussi été établis et testés, de même qu’un modèle de poisson pour l’inflammation. Le projet a mené à la création d’OrpheX Inc., une nouvelle entreprise en démarrage se consacrant à l’exploitation des lignées de poissons-zèbres transgéniques intervenant dans certains troubles du comportement. OrpheX a déjà déposé une demande de brevet en raison des résultats obtenus avec l’une de ces lignées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chercheur principal:


Henry Krause
Université de Toronto/
InDanio Bioscience

Co-chercheurs

Jens Tiefenbach
InDanio Bioscience

Vincent Giguère
Université McGill

Projet complété
1 000 000 $/ 2.5 ans
Soutenu par CQDM par l’entremise de :
• Merck
• Pfizer
• MEI

Et des partenaires de cofinancement :
• IRSC
• InDanio Bioscience