*ANNE-MARIE MES-MASSON

Contourner le besoin de biomarqueurs prédictifs dans une thérapie personnalisée du cancer de l’ovaire : utilisation d’une plateforme microfluidique pour l’analyse empirique de la chimiosensibilité

 

Concours : Programme EXPLORE 2012
Financement : 300 000 $ / 2 ans
Début : Septembre 2014

(PROJET COMPLÉTÉ)

Le cancer de l’ovaire est une cause importante de mortalité chez la femme. Seule une portion des femmes diagnostiquées répondra à des drogues courantes tandis qu’un sous-groupe répondra aux nouvelles thérapies ciblées. Dans le but d’avoir un traitement efficace, la médecine personnalisée s’ouvre aux ‘marqueurs’ qui évaluent les chances de réussite d’une thérapie. Nous proposons une approche différente, où nous testons directement la capacité des cellules d’une tumeur à répondre à un traitement. Dans le passé, cette approche a échoué, ne prenant pas en considération les spécificités des tissues tumorales. De plus, elle n’était pas économique et n’était pas suffisamment rapide pour influencer la décision clinique. Ici, nous proposons un système miniaturisé, couplé à nos nouveaux modèles ainsi qu’à des tissus tumoraux, qui permet de tester rapidement des structures cellulaires complexes en trois dimensions pour leurs réponses thérapeutiques. Notre approche est très efficace puisqu’elle permet de tester en parallèle plusieurs régions d’une tumeur donnée, couplée à la rapidité d’une lecture de mort cellulaire en temps réel. Le système proposé nous permettra de fournir les meilleurs traitements adaptés à faibles coûts dans des délais adéquats pour augmenter la survie des patientes.

Anne-Marie
Mes-Masson

Université de Montréal

Co-Investigateurs

Frédéric Lesage et Thomas Gervais
École Polytechnique de Montréal

Mentors

Aidan Gilmartin
Investigator/Manager,
GSK

Bonnie Howell
Senior Scientific Director,
Merck Research Laboratories

Jonathan A. Lee
Senior Research Advisor,
Eli Lilly and Co.

David J. Shields
Principal Scientist, Oncology Research Unit,
Pfizer