Une collaboration entre IMV et le CRCHU de Québec-U Laval reçoit une subvention du CQDM afin de développer une nouvelle classe thérapeutique contre le cancer de la vessie

Nouvelles et événements

Deux antigènes sont ciblés en combinaison avec la technologie DPX mise au point par IMV

 Québec, Québec, 18 mars 2019 – IMV Inc. (IMV) (Nasdaq: IMV; TSX: IMV), une société d’immuno-oncologie de stade clinique annonce aujourd’hui que le consortium de recherche biopharmaceutique CQDM a octroyé une subvention pour un projet auquel collaboreront IMV, le Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval et la Fondation du CHU de Québec (FCHUQc).

Le projet, mené sous la direction du Dr Yves Fradet, M.D., professeur de chirurgie et chercheur en immunothérapie du cancer et de son équipe, et effectué en collaboration avec l’équipe d’IMV, recevra une subvention pouvant atteindre 1,2 million de dollars canadiens du CQDM et 300 000 dollars de la FCHUQc pour le développement d’une nouvelle thérapie à cellules T à double cible pour une première application clinique en cancer de la vessie.

Les travaux de recherche seront axés sur différents peptides immunogéniques provenant de la protéine A9 de la famille MAGE (MAGE-A9) identifiés par l’équipe du Dr Fradet. Cette protéine est fréquemment exprimée dans une variété de cancers humains incluant ceux de la vessie, du poumon et des reins.[i] Ces peptides seront combinés à des peptides immunogéniques issus de la protéine survivine et qui sont la base de la thérapie cellulaire DPX-Survivac en développement.

Les chercheurs croient que les peptides MAGE-A9 et survivine présentés à la surface des cellules cancéreuses peuvent servir à programmer les cellules T pour qu’elles détruisent les tumeurs, représentant ainsi des cibles idéales pour le traitement de ces cancers par immunothérapie. Les collaborateurs combineront ces peptides avec la technologie exclusive DPX mise au point par IMV afin de développer cette nouvelle thérapie à cellules T à double cible (DPX-SurMAGE).

« Nous croyons que DPX est une technologie unique qui permet de programmer des cellules T in vivo, et ce, d’une manière totalement novatrice. Nous sommes ravis que le CQDM et son partenaire financier, le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec ainsi que la FCHUQc démontrent leur support à ce projet totalement novateur. » a déclaré Stéphan Fiset, vice-président, études cliniques chez IMV.
« Notre objectif demeure d’élargir la population de patients pouvant bénéficier des immunothérapies basées sur les cellules T et ce programme présente une réelle opportunité pour nous de collaborer avec l’équipe du Dr Fradet, ainsi qu’avec d’autres experts du domaine du cancer de la vessie afin de proposer un nouveau traitement à plusieurs patients qui ont peu d’options. »

DPX-SurMAGE sera initialement étudiée dans le cadre d’essais précliniques. En fonction des résultats émanant de ces essais précliniques, les chercheurs viseront à tester le produit dans deux essais cliniques chez des patients atteints de :

  • Cancer de la vessie infiltrant le muscle en combinaison avec un anti-PD-1 ainsi qu’un régime intermittent à faible dose de cyclophosphamide (CPA) avant la cystectomie.
  • Cancer de la vessie de bas grade, hautement récurrent mais non-infiltrant en combinaison avec CPA avant la résection transurétrale.

« Le cancer de la vessie demeure un besoin médical important et pour lequel les options thérapeutiques sont limitées. Nous croyons qu’une nouvelle approche thérapeutique basée sur les cellules T et dirigée contre deux cibles exprimées dans la majorité des tumeurs de la vessie pourrait mener à des améliorations, particulièrement pour les cancers présentant des risques élevés de récurrence et de progression » a rajouté le Dr Fradet. « Nous sommes ravis de travailler avec l’appui du CQDM, de la FCHUQc et de notre partenaire IMV et son approche novatrice de développement clinique afin de fournir de nouvelles options pour ce type de cancer, qui a déjà montré une réponse prometteuse à l’immunothérapie. Ce projet contribue au positionnement du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval à titre de leader en innovation médicale. »

Il est prévu que le projet s’échelonnera sur une période de trois ans et qu’il sera soutenu par IMV, le CQDM et la FCHUQc. Selon les modalités de l’entente de collaboration, IMV détient une option exclusive à l’égard des droits de licence sur la propriété intellectuelle rattachée au programme.

À propos de IMV
IMV inc. est une société biopharmaceutique de stade clinique qui se consacre à rendre l’immunothérapie plus efficace et la plus accessible possible aux gens atteints du cancer et d’autres maladies graves. IMV est à l’avant-garde dans la mise au point d’une nouvelle génération d’immunothérapies basée sur sa propre plateforme de livraison de drogues. Cette technologie brevetée tire le maximum d’un nouveau mécanisme d’action qui permet la programmation in vivo des lymphocytes T visant à générer de toutes nouvelles et puissantes possibilités thérapeutiques synthétiques. Le principal candidat de IMV, DPX-Survivac, est un traitement d’immunothérapie qui combine les caractéristiques de la plateforme avec une cible : survivine. IMV est présentement en évaluation de DPX-Survivac à titre de monothérapie en cancer avancé de l’ovaire, et en tant que combinaison dans de multiples études cliniques avec Merck. Veuillez visiter le www.imv-inc.com.

À propos du CQDM
Le CQDM est un consortium de recherche biopharmaceutique fondé en 2008 qui a pour mission de financer le développement de technologies novatrices destinées à accélérer la découverte et la mise au point de médicaments. Notre modèle d’affaires privilégie une approche collaborative où les grandes entreprises pharmaceutiques mondiales, les sociétés de biotechnologie canadiennes, ainsi que les gouvernements du Québec et du Canada se partagent les coûts de la recherche. Ce levier financier permet au CQDM de réduire les risques liés à la recherche précoce dans le domaine biopharmaceutique. C’est ainsi que le CQDM comble les besoins en matière de financement de l’innovation dans les réseaux universitaires et privés, particulièrement aux stades précoces de la recherche. Au cours des 10 dernières années, le CQDM a bénéficié des contributions de 13 membres de l’industrie, notamment : Merck, Pfizer et AstraZeneca à titre de membres fondateurs, ainsi que Boehringer Ingelheim, Eli Lilly Canada, GlaxoSmithKline, Janssen, Novartis Pharma Canada, Roche, Sanofi Canada, Servier, Takeda et Amgen. De plus, le CQDM a aussi reçu des fonds du Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) du Gouvernement du Québec et du Gouvernement du Canada par le truchement du Programme des réseaux de centres d’excellence dirigés par l’entreprise [RCE-E]. Depuis 2008, le CQDM a accordé 68 millions de dollars en financement afin de soutenir le développement de 64 technologies d’avant-garde. Ces projets de R&D sont accomplis par 1 200 chercheurs issus de 69 établissements de recherche (38 publics et 31 privés) partout au Canada dont les retombées économiques ont profité à tous les acteurs de l’écosystème des sciences de la vie.
Renseignements : https://cqdm.org/fr.

À propos du CHU de Québec-Université Laval et du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval
Regroupant le CHUL, l’Hôtel-Dieu de Québec, l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, l’Hôpital du Saint-Sacrement et l’Hôpital Saint-François d’Assise, le CHU de Québec-Université Laval est le plus important centre hospitalier universitaire du Québec et l’un des plus grands au Canada. Dispensant des soins généraux et spécialisés, mais surtout surspécialisés, le CHU de Québec-Université Laval dessert la population de tout l’est du Québec, soit un bassin de près de deux millions de personnes. Étroitement lié à l’Université Laval et orienté vers l’avenir, il détient également une mission d’enseignement, de recherche dans de nombreux domaines d’excellence et d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé. Le CHU de Québec-Université Laval compte plus de 12 500 employés, 1 500 médecins, dentistes et pharmaciens, 343 chercheurs réguliers et associés, 169 chercheurs affiliés, de même que 850 étudiants aux cycles supérieurs et 425 bénévoles. www.chudequebec.ca

Avec des octrois de recherche totalisant près de 102 millions de dollars le Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval est le plus important centre de recherche médicale francophone en Amérique du Nord et se classe au neuvième rang canadien du  Canada’s Top 40 Research Hospitals 2018. Il s’est aussi vu attribuer la cote « Exceptionnel » par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) au terme de sa plus récente évaluation, en 2018.

 IMV Mise en garde concernant les énoncés prospectifs
Le présent communiqué de presse contient de l’information prospective au sens de la législation en valeurs mobilières applicable. Toute information portant sur des activités ou des développements éventuels constitue de l’information prospective. Les énoncés prospectifs sont fondés sur des estimations et des avis de la direction à la date à laquelle ils sont formulés. Ces énoncés ne doivent toutefois pas être considérés comme une assertion que les projets se réaliseront. Les résultats réels peuvent être sensiblement différents de ceux énoncés dans le présent communiqué de presse en raison de risques et d’incertitudes connus et inconnus touchant la société, notamment les conditions de marché, l’accès à des capitaux, la conception et la réalisation fructueuse des essais cliniques et la réception, notamment en temps utile, de toutes les approbations réglementaires, et d’autres risques décrits de temps à autre dans les documents d’information continue trimestriels et dans la notice annuelle de la société. IMV Inc. décline toute responsabilité de mettre à jour les énoncés prospectifs dans le présent communiqué de presse à moins que la législation ne l’y oblige. Les investisseurs sont prévenus de ne pas se fier à ces énoncés prospectifs et sont encouragés à lire les documents d’information continue d’IMV, notamment sa notice annuelle courante, et ses états financiers consolidés annuels audités dont on peut obtenir copie sur le site Internet de SEDAR à l’adresse www.sedar.com et sur le site Internet d’EDGAR à l’adresse www.sec.gov/edgar.

###

Source: IMV Inc.

Contact pour le CQDM
Diane Gosselin
Ph. D., MBA, ASC,
Présidente et directrice générale
T: 514-766-6661 ext : 2191
E: dgosselin@cqdm.org

Contact pour IMV

Relations aux investisseurs :
Marc Jasmin, Directeur senior, Relations aux Investisseurs et communications
T: 902 492-1819 ext : 1042
M: 514-917-9481
E: mjasmin@imv-inc.com

Contact pour le Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval
Kim Tardif, Conseillère en communication
T: 418-525-4387
E: Kim.tardif@crchudequebec.ulaval.ca

 

[i] Bergeron A., Picard V, LaRue H et al.  High frequency of expression of MAGE-A4 and MAGE-A9 in High Risk Bladder Cancer. Int. J. Cancer 2009; 125:1365. doi: 10.1002/ijc.24503.