Traitement innovant avec des CAR (récepteur d’antigène chimérique) dans des cellules souches hématopoïétiques pour les leucémies aigües lymphoblastiques et les rhabdomyosarcomes

Date

Partagez l'article

Défi : La stratégie des récepteurs d’anticorps chimériques (CAR) représente une avenue prometteuse en immunothérapie anti-cancéreuse en modifiant les cellules T de patients afin qu’elles puissent exprimer les molécules CAR permettant ainsi la reconnaissance et puis la destruction des cellules tumorales. Malgré les rémissions observées dans la leucémie et le lymphome grâce à la thérapie CAR-T, cette stratégie s’est montrée inefficace dans les tumeurs solides non-hématologiques avec de nombreux patients qui rechutent. L’un des principaux problèmes est que les cellules CAR-T s’épuisent et ne survivent pas assez longtemps. De plus, elles peuvent induire des effets secondaires immédiats et graves à la suite d’une infusion. Il est impératif de surmonter ces obstacles afin d’améliorer la durabilité et la sécurité de l’immunothérapie CAR-T, spécifiquement dans le contexte de tumeurs solides non-hématologiques.

Solution : L’équipe de recherche a conçu un outil pour introduire en toute sécurité des CAR dans les cellules souches hématopoïétiques (CSH). Théoriquement, après introduction des CAR dans les CSH, toutes les cellules sanguines devraient exprimer des CAR, ce qui serait dangereux. L’invention de l’équipe limite leur expression sur deux cellules du système immunitaires, les cellules T et NK, capables de tuer les cellules tumorales. Cette stratégie : 1) entraînerait un renouvellement continu de cellules CAR pour tuer les cellules tumorales; 2) réduirait les risques d’effets secondaires par leur apparition progressive; 3) permettrait un système de surveillance des rechutes. L’équipe de recherche testera leur stratégie dans la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL-B) et le rhabdomyosarcome (RMS).

Réalisations prévues/retombées : L’équipe de recherche cherche à établir une preuve de concept afin de démontrer la faisabilité de cette stratégie dans les cancers pédiatriques. Des essais précliniques seront réalisés afin de permettre à Immugenia, une start-up québécoise, de faire évoluer sa technologie vers les essais cliniques. Ce projet permettra à l’équipe d’obtenir des preuves de concepts qui permettront à Immugenia d’accélérer son programme de R&D, d’attirer des investissements, et de créer des emplois de qualité dans l’écosystème biotechnologique au Québec. Ces résultats ouvriront la voie à de nouveaux essais cliniques pour guérir les enfants atteints de LAL-B ou de RMS, non seulement au Québec mais aussi à travers le Canada.

Chercheur principal :
Elie Haddad
CHU Ste-Justine
Co-chercheurs :
Nicolas Prud’Homme, Fabien Touzot, Henrique Bittencourt / CHU Ste-Justine
Projet de
2 213 403 $/3 ans
Soutenu par le CQDM par l’entremise de :
– Ministère de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie du Québec (MEIE)
Et des partenaires de cofinancement :
– Immugenia
– Société canadienne du cancer
– Oncopole-pôle cancer du FRQS
Scroll to Top