Mise au point de nouveaux traitements contre la maladie d’Alzheimer à l’aide d’un nouveau vecteur capable de traverser la barrière hémato-encéphalique

Date

Partagez l'article

Défi : Parmi les 10 maladies les plus mortelles au monde, la maladie d’Alzheimer est la seule pour laquelle il n’existe actuellement aucune thérapie modificatrice de la maladie. Des amas anormaux de fragments de protéines amyloïdes toxiques s’accumulent entre les cellules nerveuses du cerveau, entraînant des troubles de la mémoire. Les thérapies actuellement en cours de développement sont des produits biologiques, des anticorps et des peptides qui neutralisent l’amyloïde toxique. Cependant, il n’a pas encore été possible d’administrer des quantités suffisantes d’un produit biologique sûr et efficace ciblant l’amyloïde à travers la barrière hémato-encéphalique chez l’homme.

Solution : L’équipe développe une thérapie pour la maladie d’Alzheimer basée sur un agent naturel qui se lie spécifiquement à la bêta-amyloïde toxique. Cet agent est lié à une molécule porteuse de la barrière hémato-encéphalique pour assurer son acheminement vers le cerveau. L’équipe a montré que cette nouvelle molécule de fusion est délivrée avec succès dans le cerveau dans des modèles animaux de la maladie d’Alzheimer. De plus, en se liant à l’amyloïde toxique, il diminue son accumulation dans le cerveau. Sur la base de ces résultats passionnants, les chercheurs poursuivent des études supplémentaires sur des modèles animaux et envisagent de lancer un essai clinique sur des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Réalisations/Impact : L’équipe a établi une lignée cellulaire stable produisant (BPL) une protéine de fusion recombinante humanisée (KAL-ABP-BBB(H), une molécule modifiée capable de traverser la barrière hémato-encéphalique et de délivrer sa charge thérapeutique dans le cerveau) et a démontré l’absence de toxicité dans des modèles animaux. L’équipe a également développé des algorithmes de pathologie numérique pour quantifier la bêta-amyloïde présente dans le cerveau de modèles animaux. La production BPF de la molécule recombinante est maintenant en cours, ce qui conduira à un essai clinique de phase I. Les résultats générés au cours de ce projet ont permis à Kalgene Pharmaceuticals de lever 7,5 millions de dollars de capitaux privés pour soutenir les études précliniques et cliniques prévues.

Chercheur principal :
Nathan Yoganathan
Kalgene Pharmaceuticals
Co-investigateurs :
Louis Collins,
Jean-Paul Soucy
Université McGill
Danica Stanimirovic,
Balu Chakravarthy
Conseil national de recherches du Canada
Pedro Rosa-Neto
Centre de recherche de l’Hôpital Douglas
Michael Waterston
Centre pour la commercialisation des technologies d’imagerie
Projet terminé
1 160 158 $ / 2,5 ans
Soutenu par le CQDM à travers :
– Merck
– Pfizer
– MESI
– BL-NCEA
Et par le partenaire cofondateur :
– Fondation Brain Canada
– Institut du cerveau de l’Ontario
Scroll to Top