Nouveaux outils de développement de médicaments pour étudier le rôle des galectines dans le cancer du sein

Date

Partagez l'article

Défi : En raison de leurs propriétés immunosuppressives, les galectines jouent un rôle critique dans de nombreuses maladies, notamment dans le cancer. Certaines galectines peuvent supprimer la réponse immunitaire en induisant la mort des cellules qui protègent le développement des cellules cancéreuses. Les galectines peuvent également favoriser la croissance des cellules tumorales en empêchant l’infiltration de la tumeur par les cellules immunitaires. Pour ces raisons, l’utilisation des galectines comme cibles thérapeutiques a suscité un intérêt croissant ces dernières années, en particulier pour les cancers pour lesquels les options thérapeutiques sont limitées, comme les cancers du sein triple négatif (TNBC). Cependant, le développement d’inhibiteurs de galectine hautement sélectifs qui minimisent les effets hors cible a été pratiquement impossible à réaliser étant donné la similitude structurelle frappante entre les différents membres de cette famille de protéines. Une sélectivité élevée est une question essentielle car les cellules tumorales expriment un répertoire relativement large de galectines.

Solution : La dimérisation étant essentielle aux fonctions immunosuppressives des galectines, interférer avec la formation d’homodimères offre une opportunité unique de développer des inhibiteurs de galectines hautement spécifiques. Dans ce projet, l’équipe de recherche combine les propriétés uniques des anticorps de camélidés (nanocorps) et un nouveau mécanisme d’action (« interférence dimère ») pour générer des inhibiteurs de ciblage de la galectine hautement spécifiques. Plus précisément, ces inhibiteurs permettront de mener des recherches fondamentales sur le rôle des galectines dans le cancer et de tester des thérapeutiques anti-galectines comme prochaine vague d’immunothérapies contre le cancer. Des études précliniques seront réalisées avec les nanocorps principaux pertinents. Ils seront testés pour leur efficacité thérapeutique in vivo dans un modèle murin de TNBC.

Réalisations attendues/Impact : Ce projet générera un ensemble d’outils qui permettront aux entreprises pharmaceutiques d’interroger le rôle des galectines dans leurs programmes de découverte de médicaments. Cette plateforme technologique conduira au développement d’un panel large et diversifié de nanocorps fonctionnels qui sont des antagonistes des galectines, y compris des galectines moins connues. Les thérapies anti-galectines pourraient représenter un outil efficace pour lutter contre les effets indésirables des galectines, en particulier pour les cancers difficiles à traiter comme le TNBC, où il a été démontré que certaines galectines jouent un rôle important dans la progression tumorale.

Chercheur principal :
Yves St-Pierre
INRS-Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie
Co-investigateurs
David Chatenet
INRS-Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie
Nicolas Doucet
INRS-Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie
Projet en cours
1 054 293 $ / 3 ans
Soutenu par le CQDM à travers :
– Zymeworks- MEI
Et par des partenaires de cofinancement
– Glyconet
– Société canadienne du cancer (SCC)
– Fondation du cancer du sein du Québec
– Fondation Armand-Frappier
Scroll to Top